Annonces et appels

Cette page regroupe l’ensemble des annonces et appels, des plus récents aux plus anciens. Pour consulter uniquement ceux initiés par le groupe Philomel, cliquer ici. Pour consulter seulement ceux de ses partenaires, cliquer ici

 

________________________

 

Contrats Doctoraux : Initiative Genre 

En raison des mesures liées au coronavirus, le calendrier d’examen des candidatures pour ces contrats doctoraux a été modifié (il est recommandé de vérifier l’information ultérieurement pour être au courant d’une mise à jour ultérieure éventuelle). 

Deux contrats doctoraux sont ouverts pour les doctorant.e.s qui souhaiteraient travailler sur le GENRE (toutes disciplines, tous siècles, toutes langues), dans le cadre d’une nouvelle “Initiative”, laquelle souhaite promouvoir par ailleurs une perspective pluridisciplinaire (au sein de l’une des trois Facultés de Sorbonne Université, soit Lettres, Sciences et Médecine), voire transdisciplinaire (au sein de Sorbonne Université).

Les futur.e.s doctorant.e.s sont invité.e.s à se mettre en relation avec les coordinateurs de l’Initiative, Anne Tomiche et Frédéric Regard (tomicheanne@gmail.com ; flook@orange.fr), qui les orienteront vers les directeurs ou directrices de recherche approprié.e.s. afin de construire en collaboration un projet pertinent.

Les propositions de projets doctoraux (autrement dit les fléchages des projets) devront être transmis, pour diffusion, au collège doctoral de SU par les directeurs de recherche au plus tard le 30 mars. Les étudiants intéressés devront, quant à eux, déposer leur projet de thèse entre la mi-avril et la mi-mai.
N’hésitez pas à revenir vers nous pour plus d’information.

Calendrier prévisionnel :

  • Date limite de l’envoi des propositions de projets doctoraux par les porteur.e.s : 17 avril
  • Annonce des résultats de la phase de présélection des projets : 5 mai
  • Sélection des étudiants par les futurs encadrant(e)s de thèse : début juin
  • Date limite d’envoi des dossiers candidats : 15 juin (formulaire à télécharger ci-dessous)
  • Audition des candidats : mi-juin à fin juin
  • Annonce des résultats de la phase de sélection : début juillet

Documents d’information à télécharger :

ED Instituts Initiatives

AAPRDInstitutsInitiatives_2020

Formulaire à télécharger : 

Dossier CandidatAAPIntiatives_instituts_2020

________________________

 

Ouverture de la campagne d’aide à la mobilité de l’Institut du Genre

Aide aux missions longues de jeunes chercheur.e.s 2020

Campagne du 25/02/2020 au 08/04/2020

Afin d’encourager la mobilité internationale des jeunes chercheur.e.s, le GIS Institut du Genre lance une campagne de financement de missions longues de recherches à l’étranger. (Cette action remplace les campagnes précédentes d’aides à la mobilité des jeunes chercheur.e.s).

Il s’agit d’aides réservées à des séjours à l’étranger de plusieurs mois et accueillis par une université ou un centre de recherches étranger. Ces missions longues peuvent impliquer des observations, des entretiens, du dépouillement d’archives, de recherches en bibliothèque ou le développement d’une collaboration avec des chercheur.e.s étranger.e.s sur un projet commun.

3 aides d’un montant de 5000 euros, chacune pour un séjour d’une durée de 3 à 6 mois, seront attribuées. Les missions de recherche à l’étranger financées seront obligatoirement réalisées en 2020.

Les candidat.e.s, doctorant.e.s ou post-doctorant.e.s, doivent relever d’une équipe d’un établissement partenaire du GIS (voir site).

Les candidatures seront expertisées sur la base de leur qualité et de leur intérêt scientifique. Les soutiens seront attribués à des projets de recherches innovantes dans le domaine du genre, à des travaux menés aux frontières actuelles du champ.

La demande de financement se compose des éléments suivants :
– le formulaire ci-joint rempli,
– un CV,
– une lettre d’invitation d’une université étrangère ou d’un centre de recherches étranger
– une lettre de recommandation d’un membre statutaire de l’unité de recherche dont relève le.la demandeur.e en France

Attention : Le financement alloué n’est pas versé sur le compte du lauréat ; les dépenses sont réglées directement et au fur et à mesure, selon les règles et les procédures du CNRS.

Veuillez trouver plus d’informations sur cette campagne ainsi que le dossier de candidature ici : 

Campagne Missions longues JC 2020 GISIDG

 

________________________

 

Appel à contributions : Archéologies des transidentités : mondes médiévaux
19-20 novembre, Paris, Sorbonne Université


Colloque international co-organisé par Sophie Albert et Clovis Maillet
Partenariat entre l’ESAD Angers, Sorbonne Université, l’Université d’Angers et l’UCO.


Appel à communications
Nous connaissons une trentaine de textes hagiographiques de l’Antiquité tardive au XVe siècle évoquant des saint·es ayant passé partie ou totalité de leur vie sous une apparence et une identité qui n’était pas congruente avec leur genre assigné à la naissance. Les sources judiciaires révèlent plusieurs cas de personnages ayant passé une partie de leur vie sous une identité masculine, et une autre féminine. Dans les textes en ancien français, ces fluctuations de genre se disent dans une plasticité du genre (grammatical) qui n’a pas d’équivalent en français moderne. Est-ce à dire que le monde médiéval était ouvert à ce que nous appelons aujourd’hui transidentités ? Est-ce jouer des anachronismes que d’importer des concepts issus de la théorie et de l’activisme contemporain pour envisager les fluidités de genre à l’époque médiévale ?

Ce projet de colloque s’inscrit dans une vision critique et historicisée des questions et des régimes de genre. Depuis les années 1990 et l’émergence de la théorie queer, sous l’impulsion de Teresa de Lauretis, des penseur·ses et des activistes se sont tourné·es vers l’histoire, et ont remis en cause de la binarité de genre exclusive dans les siècles passés (Leslie Feinberg). Mais alors que les études queer, les études trans et l’histoire du mouvement LGBTQI+ se développent, il semble nécessaire de mobiliser davantage les sources anciennes. Sam Bourcier proposait déjà en 1999 de passer au prisme queer le terme utilisé par les historien·nes de « travestissement », issu d’une terminologie pénale et psychiatrique, et de lui substituer l’expression « pratiques transgenres ». Son article fut publié au sein du numéro Femmes travesties : un mauvais genre de la revue Clio, dirigé par Christine Bard et Nicole Pellegrin, en même temps qu’un article de Frédérique Villemur sur les « saintes travesties ». Ce numéro a marqué les études francophones sur la question : nous souhaiterions lui faire écho vingt ans plus tard.

Le titre du colloque, « Archéologies des transidentités », invite à resituer le genre ou les genres (on préfèrera le pluriel, si l’on considère que le terme au singulier renvoie à un binarisme qu’il s’agit précisément de contester ou de remettre en cause) au sein d’un spectre plus large de critères définissant la personne : ordre ou classe sociale, confession, règne humain, animal, végétal. Dans une perspective inspirée par l’approche intersectionnelle, on interrogera les formes de fluidité qui remettent en question non seulement les frontières des genres, mais aussi leurs rapports avec ces autres critères. En effet, il est rare que la question du genre se pose indépendamment d’autres variables et que les transitions de genre ne s’accompagnent pas d’autres modes de dépassements.

Dans les conceptualisations modernes du genre, la distinction sexe/genre dépend de la différence nature/culture. Or à l’époque médiévale, les concepts de « nature » et de « naturel » sont polysémiques, et non superposables avec leurs équivalents actuels. La différence entre nature et culture (plutôt exprimée par le terme « norreture ») n’a pas le même sens qu’à partir des XVIIe-XVIIIe siècle, période de la « naturalisation » du monde (Donna Haraway, Bruno Latour et Philippe Descola). On pourrait défendre qu’il n’y a que du genre au Moyen âge, et pas un sexe biologique d’un côté et un genre social de l’autre.

Corollairement, avant le XVIe siècle, la plupart des langues vernaculaires ne font pas l’objet de codifications grammaticales ; la littérature ne relève pas des classifications génériques que l’époque moderne s’attachera à définir ; sauf circonstances particulières, l’image n’est pas régulée par les autorités ecclésiastiques. De ce fait, on observe une grande labilité dans l’expression et la représentation des genres.

Enfin, dans la pensée chrétienne, la répartition du masculin et du féminin n’est pas nécessairement soumise aux caractéristiques que l’on assigne aujourd’hui à chaque sexe. En effet, l’appréhension morale du sujet infléchit la pensée du genre : le masculin et le féminin sont hiérarchisés d’un point de vue axiologique, ce qui est masculin étant considéré comme plus parfait que ce qui est féminin ; mais tout individu peut performer des qualités de genre diverses. En outre, des concepts comme l’engendrement ou l’allaitement, envisagés en termes spirituels, peuvent se déplacer entre le masculin et le féminin, mais aussi entre l’humanité et l’animalité ou le terrestre et le divin.

Ce colloque vise à faire dialoguer des recherches sur des champs de la médiévistique qui ne communiquent pas suffisamment. Les pistes et hypothèses présentées dans cet appel pourront être confrontées à l’étude de textes mystiques, hagiographiques, médicaux, judiciaires, littéraires… des mondes judaïques, chrétiens et islamiques. L’examen de formulations de la transidentité dans d’autres aires culturelles sera le bienvenu. Priorité sera donnée à des dossiers inédits ainsi qu’à des approches interdisciplinaires, croisant littérature médiévale, linguistique, histoire et histoire de l’art. Il s’agira d’échanger, de partager et de discuter sur des questions du passé qui invitent à repenser les enjeux du présent.


Les propositions de communications, d’une taille maximale de 3000 signes, doivent être envoyées avant le 20 avril 2020 à sophie_albert@orange.fr et clovismaillet@yahoo.com.


Bibliographie indicative :
BARD Christine et PELLEGRIN Christine (dir.), Femmes travesties, un mauvais genre, Clio n°10, 1999
BOURCIER Sam, « Des « femmes travesties » aux pratiques transgenres : repenser et queeriser le travestissement », dans Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 10, 1 novembre 1999, [En ligne], <http://clio.revues.org/255>
BOURCIER Sam, Homo inc.orporated: le triangle et la licorne qui pète, Paris, France, Cambourakis, 2017.
ESPINEIRA Karine, Transidentités: ordre & panique de genre : le réel et ses interprétations, Paris, L’Harmattan, DL , cop. 2015.
FEINBERG Leslie, Transgender Warriors: Making History from Joan of Arc to Dennis Rodman, Boston, Beacon Press, 30 juin 1997.
GUTT Blake, « Transgender Genealogy in Tristan de Nanteuil », Exemplaria, 30:2, 129-146
HALBERSTAM J. Jack, In a Queer Time and Place: Transgender Bodies, subcultural lives, New York, Etats-Unis d’Amérique, New York University Press, cop 2005.
HARAWAY Donna Jeanne, Staying with the Trouble: Making Kin in the Chthulucene, Durham, Duke University Press, 2016.
HOTCHKISS Valerie R., Clothes Makes the Man: Female Cross Dressing in medieval Europe, New-York, Etats-Unis d’Amérique, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, 1996.
LE NAN Frédérique et BARD Christine, Dire le genre, avec les mots, avec le corps, CNRS éditions, Paris, 2019
LETT Didier, « Les régimes de genre dans les sociétés occidentales de l’Antiquité au XVIIe siècle », Annales HSS, 3, 2012
MAILLET C., « Des seins de moine à Vézelay. Eugène-Eugénie, nouvelle image transgenre au XIIe siècle », Gradhiva, 28 | 2018, 220-243
MAILLET C., « Femmes moines, transgenres et gothiques. Points de vue médiévaux », dans LHT Fabula, 28 janvier 2018, [En ligne], http://www.fabula.org/lht/20/maillet.html
MCCRACKEN Peggy, « “The boy who was a girl:” reading gender in the Roman de Silence », dans The Romanic Review, vol. 85, 1994, p. 515-534.
MILLS Robert, « Visibly Trans? Picturing Saint Eugenia in Medieval Art », Transgender Quarterly, 5, 2018
PAPACONSTANTINOU Arietta, « “Je suis noire, mais belle”: le double langage de la Vie de Théodora d’Alexandrie, alias abba Théodore », dans Lalies, no 24, 2004, p. 63-87.
PATLAGEAN Evelyne, « L’histoire de la femme déguisée en moine et l’évolution de la sainteté féminine à Byzance », dans Studi medievali, vol. 17, 1976, p. 598-623.
PERRET Michèle, « Travesties et transsexuelles: Yde, Silence, Grisandole, Blanchandine », dans Romance notes, no 25, 1985, p. 328-340.
ROLKER Christof, « The two laws and the three sexes: ambiguous bodies in canon law and Roman law (12th to 16th centuries) », dans Zeitschrift Der Savigny-Stiftung fûr Rechtsgeschichte, vol. 131, 2014, p. 178-221.
SIDERIS Georges, « Bassianos, les monastères de Bassianou et de Matrônès (Ve – VIe siècle) », dans, PAGES P.,
DELOUIS O. et METIVIER S. (éd.), Le saint, le moine et le paysan. Mélanges d’histoire byzantine offerts à Michel Kaplan, Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, p. 631-656.
SIDERIS Georges, « La trisexuation à Byzance », dans, RIOT-SARCEY Michèle (éd.), De la différence des sexes. Le genre en histoire, Paris, Bibliothèque historique Larousse, 2010, p. 77-100.
THOMAS Maud-Yeuse, « De la question trans aux savoirs trans, un itinéraire », in Le sujet dans la Cité n°1, Christine Dolory-Momberger dir., Téraèdre, Paris, 2010

 

________________________

 

Appel à contributions : Colloque international sur “Daniel Lesueur (1854-1921)”

Sous la direction de Diana Holmes (University of Leeds),  Martine Reid (université de Lille) et Anne Tomiche (Sorbonne Université)

Dates : 21-22 janvier 2021

Lieu : Maison de la recherche de la Sorbonne, 28 rue Serpente, 75006 Paris

Descriptif :

La fin du XIXe siècle et la Belle Epoque se caractérisent notamment par un nombre croissant d’auteures, poètes, romancières, dramaturges et journalistes. Certaines d’entre elles connaissent une visibilité incontestable et une notoriété exceptionnelle : appartenant au Tout-Paris littéraire du temps, elles comptent de plus au nombre des auteurs les mieux rémunérés. Tel est le cas de Jeanne Loiseau, qui, sur la recommandation de son éditeur, a pris en littérature le pseudonyme de Daniel Lesueur (elle épousera plus tard Henry Lapauze, conservateur au musée du Petit-Palais).

Distinguée par l’Académie française dès la publication de son premier recueil de poèmes, Fleurs d’avril, et de son premier roman, Le Mariage de Gabrielle en 1882, Daniel Lesueur entame à 28 ans une carrière marquée par une production extrêmement nombreuse et diversifiée. Journaliste activement engagée à La Fronde, mais aussi dans d’autres journaux et revues, elle se lance dans la rédaction d’un nombre conséquent de romans, dont certains conçus en diptyque. La plupart connaissent un succès considérable et de nombreuses réimpressions, notamment dans les collections bon marché des grands éditeurs. D’abord publié en feuilleton, Nietzschéenne (1908) figure au nombre de ses succès les plus importants. Ce volet romanesque, qui ne compte pas moins de trente-et-un ouvrages, possède d’évidentes qualités narratives : l’auteure excelle à planter le décor, à nouer une intrigue et à la maintenir en tension pendant plusieurs centaines de pages, à camper des personnages de femmes fortes et d’hommes généreux que n’eut pas désavoués George Sand. Liée à celle du « genre », la question de la maternité revient souvent, et la place de l’enfant, fille ou garçon, dans la vie compliquée des adultes. Daniel Lesueur se risque également à adapter certains de ses romans pour la scène, et donne Hors du mariage au Théâtre féministe créé en 1897. Elle publie une traduction des œuvres complètes de Byron chez Lemerre en 1891 (sa mère est d’origine irlandaise et elle-même a résidé quelque temps à Londres), et, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900, rédige un rapport sur la situation économique des femmes au travail, diffusé d’abord dans le magazine Femina.

Tout au long de sa carrière, elle accumule les prix, les honneurs et les distinctions. Elle fait notamment partie du jury du prix Vie heureuse (ancêtre du prix Femina) dès sa création et finit vice-présidente de la Société des gens de lettres.

Après la première guerre mondiale, l’intérêt pour l’œuvre de Daniel Lesueur s’essouffle. La littérature cherche d’autres visages et d’autres noms, d’autres types de récits, d’autres positionnements sur une scène littéraire qui souhaite se renouveler. A la mort de l’auteure, l’œuvre tombe rapidement dans l’oubli comme nombre d’autres, peut-être pour avoir occupé une place incertaine, entre le roman à thèse, tel Névrosée (1890), et un roman populaire à l’accent résolument sentimental, tels Lèvres closes (1898), Le Cœur chemine (1903) et bien d’autres.

Le colloque souhaite interroger cette grande œuvre oubliée sous tous ses aspects : poétiques, narratifs, idéologiques, sociologiques, éditoriaux. Il souhaite rendre compte au plus juste de ce qui la caractérise et la sous-tend, une pensée féministe singulière qui a fait du roman sa tribune, quand elle n’a pas pu s’exprimer dans les colonnes des journaux, dans ses rapports et dans ses pièces de théâtre.

Sujets d’intervention possible :

  1. la traduction des œuvres de Byron
  2. les articles dans la presse et le travail de journaliste
  3. les recueils de poèmes, les romans (leur nature « populaire » et « sentimentale », leur structure et la nature de leurs intrigues, les personnages, les « convictions » exprimées, les rapports de sexe et de genre, etc.), les pièces de théâtre (adaptations de romans, créations originales, liens avec le théâtre féministe)
  4. son réseau de relations, sa place dans le champ littéraire du temps, les prix et autres formes de reconnaissance, son élection à la Société des gens de lettres, sa présence visuelle (photos dans la presse, cartes postales d’éditeurs, tableaux) et la gestion de son « image »
  5. la réception de ses ouvrages, leur nature, leur (éventuel) caractère « genré », leur oubli
  6. son parcours idéologique (ses liens avec le socialisme, le féminisme, le pouvoir en place)
  7. ses publications annexes, telle L’évolution féminine. Ses résultats économiques (1905)
  8. son engagement pendant la première guerre mondiale
  9. ses liens avec d’autres écrivains et écrivaines du temps
  10. ses éditeurs, les collections dans lesquelles elle figure, la diffusion et la « réclame » de ses ouvrages

Date de remise d’un descriptif des contributions : 1er juin 2020 (à envoyer à d.holms@leeds.ac.uk et martine.reid@orange.fr)

 

________________________

 

Appel à communications : Journée d’études du 5 juin 2020

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (EA 172)

Le Canon : (toujours) une question de genre

Lorsqu’en 1998, Nancy Miller et Joan DeJean publient un numéro de Yale French Studies intitulé The Politics of Tradition : Placing Women in French Literature, elles constatent l’absence de matériel pédagogique sur la littérature écrite en français par des femmes. Dans sa préface Joan DeJean fait référence, par contraste, à la Norton Anthology of Literature by Women: The Tradition in English, publiée sous la direction de Sandra Gilbert et Susan Gubar en 1985. Disposer de manuels et d’anthologies, c’est pouvoir inclure la littérature écrite par des femmes dans le curriculum, donc aussi modifier le rapport au canon.

Ces réflexions sont déjà une manière de souligner l’imbrication entre critique du canon et gender. Dans leurs travaux sur la littérature française, les deux éditrices montraient alors à quel point les femmes avaient été exclues du canon, en dépit même du succès parfois massif de leurs oeuvres auprès de leurs contemporains et quelle différence de traitement elles avaient reçu dans l’histoire littéraire. Une réflexion comme celle de Virginia Woolf dans A Room of One’s Own a d’ailleurs pu, paradoxalement, contribuer à populariser l’idée que les femmes ne pouvaient tout simplement pas se faire une place comme autrices. La redécouverte dans les deux dernières décennies de pans entiers de la production littéraire rendus invisibles par les processus de constitution des panthéons littéraires permet de mettre en lumière la permanence d’une résistance à la reconnaissance de l’existence même des autrices – lesquelles sont, une fois identifiées, d’abord systématiquement dénigrées par rapport aux écrivains hommes. Ainsi le théâtre de femmes de l’Ancien Régime n’a-t-il été mis au jour que récemment, alors même qu’une pièce comme Le Favory de Marie-Catherine Desjardins (dite Madame de Villedieu) avait été jouée par la troupe de Molière en 1665 (un an avant Le Misanthrope) devant le Roi.

Mais on voit aussi que la prise en compte du gender dans le canon permet une réflexion sur les tradition disciplinaires : alors même que Gilbert et Gubar, d’une part, et DeJean et Miller, de l’autre, peuvent être considérées comme appartenant à une même tradition universitaire, la littérature en anglais a bénéficié d’une réévaluation plus tôt que la littérature en français et c’est ce travail même qui a pu servir de modèle.

La question est clairement idéologique. Mais il faut souligner la violence politique que la
remise en cause de l’évidence du canon et de la primauté masculine dans la littérature a provoquée. La défense du canon – et, dans la culture anglo-saxonne, en particulier de la prééminence de Shakespeare – a mobilisé les plus grands critiques et intellectuels. Surtout, elle a pris la forme d’attaques extrêmement virulentes et caricaturales contre les féministes dans l’université, accusées de manipuler les programmes pour favoriser l’enseignement d’autrices, par définition mineures, de préférence noires et lesbiennes… C’est la thèse d’un Dinesh D’Souza, qui prend particulièrement pour cible Harvard, dans son Illiberal Education: The Politics of Race and Sex on Campus (1991). De manière caractéristique, la défense du canon est alors présentée comme neutre, face à un programme attribué aux féministes et
dénoncé comme idéologique.

De fait, l’intervention des féministes des années 1980 a permis de remettre en question l’évidence du canon comme index de la valeur des oeuvres (selon, par exemple la formulation de Boileau qui, en 1701, affirmait que le temps fonctionnait comme un filtre, qui permettait aux oeuvres de valeur d’être finalement reconnues malgré les cabales ou le faux éclat qui peut, de manière éphémère, faire illusion). Toutefois, les enjeux sont plus larges. Tout en limitant la présence des femmes dans le répertoire des auteurs, les processus de sélection (inclusion/exclusion) qui engendrent la formation du canon – et qui varient de nature et d’intensité avec les époques, certaines, comme le dix-septième siècle français constituant des temps forts – organisent, non seulement des connexions naturelles entre certains genres littéraires et les genres comme gender (la lettre d’amour étant ainsi pensée au dix-septième siècle comme l’apanage des femmes), mais encore des hiérarchies au sein même des auteurs masculins (majeurs/mineurs), hiérarchies qui peuvent aussi être réinterprétées en fonction de paradigmes de genre (de la masculinité).

Mais ce n’est pas seulement la dénaturalisation des masculinités qui a modifié la donne. En mettant en regard deux auteurs de l’Antiquité pourtant tous deux canoniques, comme Virgile et Ovide, on peut se demander comment leur place dans la culture – romaine et latine d’abord, puis moderne et contemporaine – est déterminée par leur position socio-historique (le soutien idéologique du nouveau régime impérial contre le poète exilé). Plus largement, même si l’on adopte la catégorie du genre comme voie privilégiée d’analyse, le développement d’une conceptualisation intersectionnelle doit permettre de revisiter les canons historiques et
contemporains.

De nombreux travaux de grande valeur ont vu le jour depuis les premières remises en cause des années 80, issus de champs divers (sociologie ou historiographie), et conduisant également à la publication nécessaire d’anthologies. Mais la question n’en continue pas moins de revêtir une grande actualité : l’invisibilité construite, par l’occultation d’une certaine catégorie d’artistes et de leurs oeuvres, reste criante comme suffiraient à le prouver les polémiques récurrentes, sur la place des autrices dans les programmes scolaires (bac L ou programmes des concours de l’enseignement), ou l’appel des auteurs de BD contre le sexisme réagissant à la sélection pour le Grand Prix du 43e festival d’Angoulême de 2016 qui n’avait sélectionné que des hommes (avant de revenir sur sa décision). Il convient donc de se demander si n’opère pas une hiérarchisation systémique, avec la reproduction des mêmes processus d’exclusion par exemple dans les littératures de genre, reconduisant un binarisme qui est toujours déjà une hiérarchie (il existerait de grands films, de grandes séries TV, de grands romans de SF, etc.) et où le critère genré joue en défaveur des autrices, discriminées et invisibilisées. Le canon se révèle ici aussi sélectif dans ses inclusions et politique dans ses formes d’exclusion.

L’enquête que nous souhaitons mener entend donc aussi penser les différents niveaux,
échelles et régimes de légitimation produisant des hiérarchies internes, les débats sur
canonicité et processus de canonisation, en articulant perspective genrée et perspective générique, les littératures de genre étant un terrain de réflexion éclairant dans leur quête sans cesse rejouée de la légitimité et la combinaison de marginalisations qui peuvent s’y jouer, les phénomènes d’exclusion pouvant en effet se combiner et renforcer (oeuvre invisibilisée, parce que produite par une autrice, originaire de la périphérie, ou écrivant dans une langue rare et dans un genre littéraire délégitimé). Comment en effet expliquer, au sein d’un mouvement de reconnaissance accrue des littératures de genre, l’absence de légitimité persistante du roman
sentimental, « à l’eau de rose » « pour filles/femmes », sous toutes ses formes (Bit-Lit, Chick-Lit, roman photo, roman d’amour, etc.) ? La journée pourra aussi être l’occasion de réfléchir aux catégories critiques en jeu ainsi qu’aux phénomènes de circulation, soulignant du reste le caractère instable des catégories, fluides et fluctuantes, conduisant à la visibilité et/ou à la légitimation, à l’intégration dans le canon d’oeuvres et auteur.e.s du fait des prix littéraires, grâce aux adaptations ou traductions qui peuvent conduire à un changement de classification (qu’on pense ainsi à la réévaluation de Daphné du Maurier), soulignant la nécessité d’analyser
les trajectoires sociales et historiques (dans la lignée par exemple des travaux exemplaires de Diana Holmes).

Le genre (au sens de gender) est ainsi un outil d’exploration des mécanismes du canon
dont il permet en même temps de dénaturaliser la formation. Outre la critique des canons traditionnels, il est au cœur d’un double travail de contestation : ce qu’on pourrait appeler une correction, qui joue sur la réhabilitation et la réintégration des autrices exclues sur un critère de genre, et la formation de canons alternatifs. De ce point de vue, le développement de la pensée postcoloniale permet de décentrer la réflexion. Si les féministes ont été des pionnières, on ne peut penser aujourd’hui une lecture genrée des canons à la seule échelle occidentale ni à la seule échelle de la « haute » culture. Les réalités économiques, sociales et idéologiques qui
informent la production dans le monde ont des répercussions sur les canons, et le croisement de ces phénomènes contemporains avec les époques antérieures, dans les contextes culturels et linguistiques les plus variés, est au cœur de la réflexion que nous souhaitons mener.

Les propositions de contribution pourront s’attacher aux pistes suivantes :
– y a-t-il une histoire genrée des canons ? Genre (littéraire) et Gender : la question d’une assignation sociale des genres (des formes) se pose-t-elle toujours aujourd’hui, et dans quels termes ?
– des remises en cause féministes à l’ère post- et décoloniale : comment recontextualiser la pensée du canon aujourd’hui (postcolonial, intersectionnalité,…) ? Comment l’émergence de nouveaux questionnements en termes de genre et/ou de sexualité (masculinités, transgenres, intersexe, etc.) a-t-elle modifié la pensée du rapport entre genre et canon ? Peut-on penser le canon en termes supra-nationaux/globaux ?
– Canon, Gender et littératures de genre : une reconduction des mécanismes
d’invisibilisation et d’exclusion des autrices ?
– Processus de canonisation et circulation : quel est le rôle des catégories critiques ?
Gender, reconnaissance et traduction. Trajectoires sociales et historiques
– éthique, politique et idéologie : la fonction du canon (et de sa remise en cause).
Questions de valeur et processus de dénaturalisation : résistances, blocages, modalités, évolutions. Une attention particulière pourra être portée à la perspective didactique et aux questions d’enseignement.

Organisation pratique
Le format de la journée d’études du 5 juin 2020 doit permettre l’échange le plus riche et
nourri possible. Les interventions peuvent prendre deux formats :
– soit une communication complète d’une vingtaine de minutes, suivie d’une discussion
générale ;
– soit la diffusion d’un texte de travail à tou.te.s les participant.e.s en amont de la
rencontre. L’intervenant.e disposera d’une dizaine de minutes pour présenter son
travail ; un.e discutant.e réagira à cette proposition ; enfin la discussion sera ouverte à
l’ensemble de l’assemblée.

Les langues de la journée d’études sont le français et l’anglais.

Les propositions pour soumettre une communication ou un texte (400 mots maximum, et une brève présentation de l’auteur.e indiquant le statut universitaire, l’université et, le cas échéant, le laboratoire de rattachement, le domaine de recherche et quelques éléments bibliographiques) devront être adressées avant le 1er février 2020 aux deux adresses suivantes : Anne Isabelle François (anne-isabelle.francois@sorbonne-nouvelle.fr) et Pierre Zoberman (pzparis13@gmail.com).

Pour plus de renseignements sur cet appel à contributions : CFP Canon et Genre CERC 5 juin 2020.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search