Judith Cohen, Samy Lagrange, Aurore Turbiau (dir.), Esthétiques du désordre. Vers une autre pensée de l’utopie

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution de l’ouvrage Esthétiques du désordre. Vers une autre pensée de l’utopie, publié aux éditions du Cavalier bleu, disponible en librairie depuis le 17 novembre 2022.

Philomel / Initiatives Genre a soutenu ce projet dans lequel les questions de genre sont problématisées de manière centrale : elles contribuent à définir sous de nouveaux angles la notion d’utopie, ou son corollaire négatif, celle de dystopie. Plusieurs membres du collectif y contribuent : enseignant-chercheur de Sorbonne Université, Florian Alix signe un chapitre sur les dynamiques de l’élan utopiste dans l’œuvre de Léonora Miano ; doctorante en littérature anglaise, Quitterie de Beauregard s’intéresse aux thèmes de l’effondrement et de l’apocalypse dans les utopies de genre d’Octavia Butler et d’Angela Carter ; doctorante en littérature comparée, Aurore Turbiau, également co-directrice de l’ouvrage, propose une réflexion sur les mutations féministes et sciences-fictions terroristes dans l’œuvre de Françoise d’Eaubonne.

Il s’agit d’un ouvrage collectif interdisciplinaire, dont les chapitres sont réunis par une interrogation commune sur le sens que l’on peut donner à des formes d’utopie qui, sans verser dans la dystopie, sont néanmoins des utopies du désordre, où le mouvement, l’inachevé, voire l’immaîtrisé, structurent l’élan utopiste d’une pensée.

L’utopie peut se penser à l’aune du désordre : telle est l’hypothèse de cet ouvrage, bâti sur une interrogation croisée des théories de l’utopie classiques et contemporaines et des mouvements de lutte sociale qui redéfinissent, depuis le XIXe siècle et jusqu’à nos jours, le sens de l’utopie. Les pensées révolutionnaires, anarchistes, féministes, queer, post- ou décoloniales, les philosophies cyniques, surréalistes, les imaginaires de la fête, mais aussi de la terreur, de l’effondrement, de l’apocalypse ou de la prophétie interrogent l’idée d’une utopie où aucun principe d’ordre n’est préétabli.

Il faut pouvoir rendre compte de la dimension utopiste de ces pensées révolutionnaires qui, après la rupture et l’éclatement, ne visent pas le retour à l’ordre ; il faut pouvoir penser ces lieux depuis lesquels on rêve à l’épanouissement du pluriel, de l’instable, du complexe, ces présents et futurs où la poétique de l’harmonie laisse place aux esthétiques du désordre.

L’introduction est intégralement disponible sur la page de l’éditrice en suivant ce lien, ainsi qu’une note sur le choix iconographique de couverture (Les Pétroleuses de Nazanin Pouyandeh, 2018).

Ouvrage publié avec le soutien de l’École doctorale de littératures françaises et comparée, du Centre de recherche en littérature comparée (CRLC), du Centre d’étude de la langue et des littératures françaises (CELLF), de l’équipe Philomel / Initiatives Genre, du Fonds d’intervention pour la Recherche de la faculté des Lettres de Sorbonne Université, ainsi qu’avec le soutien de l’École doctorale Erasme de l’Université Sorbonne Paris Nord, du laboratoire Pléiade et de Médialect.

SOMMAIRE

Introduction

DESTITUTIONS : s’émanciper des grands systèmes

Alexandra Picheta – « Queeratopies : contaminer l’hétéronorme et renouer avec le vivant »
Quentin Petit Dit Duhal – « L’utopie de l’instabilité sexuelle dans l’art de la fin du XXe siècle : entre réitération et dénormalisation »
Marie Penicaut – « Bricoler le monde depuis les marges : désordre épistémologique, genre et utopies concrètes »


RÉSISTANCES : préserver les lieux de l’imparfait

Alexandre Grondeau – « Free party et résistances festives : fêtes libres, désordre et utopies éphémères en temps de pandémie »
Clémentine Delaporte – « “Des Obeliscolychnies pour les chiens” : utopie cynique dans le Faustroll d’Alfred Jarry »
Carlos Tello – « “Un oiseau farouche”. Utopie et dystopie dans Bacurau (2019) de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles »
Mohamed Lamine Rhimi – « L’utopie d’Édouard Glissant : une “pensée du tremblement” et une géopolitique de la mondialité »


TERREURS : provoquer le désordre

Anne Foucault – « Héritiers de l’utopie : permanences et renouvellements dans le projet utopique du surréalisme de l’après-guerre »
Aurore Turbiau – « Mutations féministes et sciences-fictions terroristes : l’utopie de Françoise d’Eaubonne »
Rachel Boyer – « SKIN utopie. Écritures de l’émeute chez Monique Wittig et Nicole Brossard »


APOCALYPSES : habiter le trouble

Eugénie Bourlet, Caroline Dejoie, Isaline Dupond Jacquemart, Élise Huchet, Mathilde Leïchlé, Claire Salles, Sandrine Samii – « Expérimenter collectivement l’utopie post-patriarcale par la fiction sonore : Échos du futur »
Quitterie de Beauregard – « Effondrement et apocalypse dans les utopies de genre : l’Autre et le soi dans Lilith’s Brood d’Octavia Butler et The Passion of New Eve d’Angela Carter »
Adrien Ordonneau – « La vallée du désordre : au seuil utopique des musiques électroniques »


RETAILLES : reconstruire de l’ordre autrement

Gregory Buchakjian – « Beyrouth ou la ville des utopies guerrières et bâtisseuses »
Florian Alix – « Katiopa unifié, Katiopa complexifié. Dynamiques de l’élan utopiste chez Léonora Miano »
Azélie Fayolle – « Dire le désordre. L’utopie des Saint-Simoniennes »
Mickaël Pierson – « Francis Alÿs : des utopies concrètes et éphémères »



Citer ce billet
Philomel (2022, 21 novembre). Judith Cohen, Samy Lagrange, Aurore Turbiau (dir.), Esthétiques du désordre. Vers une autre pensée de l’utopie. Philomel. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sujc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search