Séminaire Genre, médias et communication, – vendredi 3 juin 2022, 14h-16h

 

Le vendredi 3 juin 2022, de 14h à 16h, nous aurons le plaisir d’écouter Giuseppina Sapio (Université Paris 8, CEMTI) avec une intervention intitulée « “Elle s’appelait Julie”. La médiatisation des féminicides à la TV (2019-2020) » dans le cadre du séminaire Genre, Médias et Communication organisé par le laboratoire GRIPIC (CELSA/Sorbonne Université) et le laboratoire IRMECCEN (Sorbonne Nouvelle), avec le soutien de Philomel, réseau des études de genre à la Sorbonne.

 
La séance se tiendra à la Maison de la Recherche de Sorbonne Université, 28 rue Serpente, 75006 Paris, en amphithéâtre Molinié (rez-de-chaussée).

La séance sera également accessible en visio. Nous vous remercions de bien vouloir nous contacter avant jeudi 2 juin à 18h auprès des organisatrices (virginie.julliard@gmail.com et nellyquemener@gmail.com pour obtenir le lien de connexion.


« “Elle s’appelait Julie”. La médiatisation des féminicides à la TV (2019-2020) »

Giuseppina Sapio (Université Paris 8, CEMTI)


Dans cette communication, nous restituerons les résultats d’un travail de recherche effectué dans le cadre de l’ANR GEM, que nous menons actuellement sur la médiatisation des féminicides en France et, plus particulièrement, sur la manière dont les journaux télévisés des principales chaînes françaises (TF1, France 2, France 3, M6, Arte, BFM TV, France 24 et France Info) traitent le sujet – en effectuant une comparaison entre l’année 2019 et l’année 2020.

En partant du postulat que les représentations médiatiques sont responsables, au même titre que d’autres acteurs sociaux, de la construction du phénomène social des féminicides en tant que « problème public » (Neveu 1999 ; Delage 2017), nous nous interrogerons sur les spécificités de la mise en récit, à la télévision, de ces meurtres et assassinats de femmes. Dans cette perspective, rappelons que l’article 17 de la Convention d’Istanbul – ratifiée par la France en 2014 – fait appel à la « participation du secteur privé et des médias » afin d’« instaurer des codes de conduite éthiques pour que la couverture médiatique de la violence à l’égard des femmes s’appuie sur les droits humains, tienne compte des différences entre les sexes et évite le sensationnalisme ». La prise en compte des médias comme « entrepreneurs » de cause (Becker 1985) était aussi centrale dans la note rédigée par Margaux Collet, en 2014, pour le Haut Conseil à l’Égalité entre les Hommes et les Femmes à propos du traitement médiatique des violences faites aux femmes. 

Actuellement, une partie conséquente des travaux scientifiques sur les féminicides dans les médias d’information se fonde sur des corpus de presse nationale ou locale en France (Ambroise Rendu 1993 ; Houel, Mercader, Sobota 2003 ; Dessinges 2005 ; Sapio 2019) ou à l’international (Guérard, Lavender 1999 ; Dawson, Fairbairn 2013 ; Sepulchre 2019 ; Lalli 2021). Ainsi, nous souhaitons mettre l’accent sur les spécificités de la narration télévisuelle à travers une analyse sémio-discursive des journaux télévisés, en nous intéressant à la construction médiatique des acteurs impliqués et des féminicides traités. Pour cela, nous nous demanderons comment représente-t-on les victimes, leurs agresseurs, ainsi que les témoins, les institutions, les associations auxquel.les on donne la parole ? Quels sont les féminicides les plus « télégéniques » (Marion 1997) ? Y a-t-il une homogénéité (en termes démographiques) des cas traités par la TV ? Enfin, comment la crise sanitaire a façonné le discours télévisuel autour des féminicides ?


Présentation des objectifs du séminaire :


Le séminaire Genre, médias et communication présente une série de travaux s’attachant à la question du genre dans la communication et les médias. Des dispositifs d’écriture numérique aux représentations médiatiques en passant par les discours institutionnels, le genre est l’un des rapports sociaux qui organise le monde social et les pratiques au même titre que la classe sociale ou la catégorisation ethnoraciale. Aussi ce séminaire se propose-t-il d’ouvrir un espace de discussion autour des dimensions identitaires et performatives du genre, des modèles de masculinité et de féminité promus et négociés dans les médias et de la sexuation des usages médiatiques. L’objectif est de décrypter les modalités de la représentation et de l’expression du genre, à travers l’analyse des modes de catégorisation, des performances et des traces (ou de l’absence de traces) corporelles dans différents dispositifs médiatiques (web, presse, télévision, cinéma). Deux dimensions connexes seront abordées lors des séances. Avec la médiatisation des controverses sur le mariage pour tous, la parentalité, la parité ou encore le port du voile à l’école se dessine une articulation du genre avec les variables de la sexualité, de la race, de la religion, etc., qu’il nous paraît nécessaire d’explorer. Par ailleurs, il nous semble pertinent d’appréhender les modalités de représentation et les formes d’expression du genre selon les différents médias, reposant sur des dispositifs de médiation qui n’accordent pas la même place à la corporalité. L’attention sera également portée aux outils et méthodes spécifiques à l’analyse du genre dans les médias (analyse linguistique, analyse de discours, analyse sémiotique, analyse sociologique des représentations). Seront privilégiées les approches qui convoquent les sciences de l’information et de la communication ainsi que les disciplines voisines (histoire, cultural studies, sociologie, sciences politiques, psychologie).

 
https://www.facebook.com/GenreMediasEtCommunication

#semGMC




Citer ce billet
elisabethviain (2022, 31 mai). Séminaire Genre, médias et communication, – vendredi 3 juin 2022, 14h-16h. Philomel. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/suj4

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search