Contrats doctoraux 2021 de l’Initiative Genre : Marianne Chauvin

 

La spécificité de ma formation universitaire est qu’elle intervient après un parcours professionnel dans l’enseignement de la musique, la communication culturelle, la presse écrite, la musicothérapie (avec un DU de l’université Montpellier III) et la mise en œuvre de projets artistiques au sein d’un ensemble de musique contemporaine. Cette palette d’expériences éclaire mes réflexions sur la musique et les phénomènes qui y sont liés.

Mon intérêt pour les études de genre appliquées à la musicologie m’a conduite à achever à l’université d’York, en Angleterre, ma licence entamée à Tours. J’y ai réalisé une analyse de la traduction musicale et scénique de la sexualité réprouvée dans le dernier opéra de Benjamin Britten. J’ai ensuite rejoint Sorbonne Université où j’ai obtenu un master de recherche avec un mémoire consacré à une approche genrée de l’opéra Médée de Michèle Reverdy. J’ai alors souhaité prolonger et élargir ces travaux dans le cadre d’une recherche doctorale.

 

La thèse : « Politiques féministes et politiques queers sur la scène lyrique aujourd’hui ».

 

Ma recherche aspire à articuler les questions approchées en licence et master à des problématiques ancrées dans l’actualité, en les reliant aux voix et regards féministes qui se manifestent de diverses manières dans le monde de l’opéra aujourd’hui. L’opéra s’inscrit en effet dans des normes sociales – genrées, hétéronormées, relatives aux rapports de domination ou encore à l’apparence physique – qu’il contribue à véhiculer, promouvoir et construire à travers les livrets, les mises en scène, les typologies de rôles et le choix des interprètes.

Partant de là, mon objet est le travail des personnes qui remettent en question ce qui a été établi comme la norme à l’opéra : il s’agit d’analyser les stratégies mises en œuvre pour déjouer et déconstruire les représentations misogynes véhiculées sur la scène lyrique. J’examine donc les démarches artistiques qui cherchent d’une part à cesser d’alimenter des normes genrées construites et discriminantes et, d’autre part, à faire évoluer les situations, les pratiques et les regards du public dans le sens d’une plus grande adéquation avec la réalité des expériences individuelles et sociales. Ces investigations portent à la fois sur des créations d’œuvres nouvelles, des pièces du canon opératique revisitées dans une démarche féministe, des mises en scène qui valorisent des personnages féminins émancipés et des redécouvertes d’opéras tombés dans l’oubli. Elles s’intéressent aussi aux corps non normés et à la fluidité des genres sur la scène lyrique, à travers les reconsidérations d’une vision normative de la correspondance entre les physiques et les rôles à l’opéra. Elles s’effectuent sous un angle pluridisciplinaire faisant dialoguer études de genre, musicologie, sociologie et études théâtrales.

 



Citer ce billet
elisabethviain (2022, 5 mai). Contrats doctoraux 2021 de l’Initiative Genre : Marianne Chauvin. Philomel. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/suiw

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search