Contrats doctoraux 2021 de l’Initiative Genre : Kenza Benabdelouhab

 

Mon profil est marqué par une interdisciplinarité à laquelle je n’ai jamais su renoncer et qui a été le moteur de mon épanouissement dans mes études supérieures. C’est cela qui m’a menée, à la suite de deux années en classe préparatoire B/L, au département Magistère du CELSA en 2018. Là, j’ai développé ma sensibilité pour la recherche – très encouragée par les professeur.es du CELSA – que je pense comme terrain d’action de l’interdisciplinarité qui me tient tant à cœur. 

Mon cursus, qui a bien souvent été au contact des études de genre d’une manière ou d’une autre, ne m’avait jamais offert l’opportunité de m’y consacrer pleinement, jusqu’au moment où j’ai intégré le master Recherche et Développement en SIC. J’y ai trouvé un environnement bienveillant et apte à enrichir mon projet de recherche dans la mesure où il se trouve au carrefour de la sociologie, de la sémiologie, des cultural studies, etc.

 

La thèse : « Changer de prénom sur le Web quand on est trans’ ? Les normes de genre au travail dans les conceptions de l’identité numérique et de l’identification en ligne »

 

Ma recherche fait suite au travail que j’avais entrepris dans mon mémoire de recherche. Il s’agissait à l’époque de revenir sur une controverse relative aux politiques de nomination autour du réseau social numérique (RSN) Facebook et d’illustrer comment se matérialise pour les personnes trans’ une conception de l’identité numérique cisnormée. 

À l’aune des résultats produits dans mon mémoire, je souhaite poursuivre mon enquête sur les conceptions de l’identité numérique sur les RSN en me penchant plus particulièrement sur les procédures de changement de prénom, et ce à partir de la position des personnes trans’ dans la mesure où leurs vécus sont les plus à même de mettre à jour la manière dont les RSN agissent comme des technologies de genre. Cette recherche se situe par conséquent à la suite des travaux de chercheur.euses en Info-Com qui se sont intéressé.es à la production médiatique du genre, et plus particulièrement ceux de Karine Espineira sur la représentation médiatique des transidentités. À travers une ethnographie des infrastructures (au sens de Susan Leigh Star), l’enjeu de cette recherche repose à la fois sur la mobilisation des savoirs situés et la restitution du savoir produit dans le cadre de cette thèse aux personnes concernées. 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search