Contrats doctoraux 2021 de l’Initiative Genre : Hannah Victoria Johnson

 

 

J’ai fait ma licence en Littérature comparée, suivie de deux diplômes de master en Littérature médiévale, le premier à l’Université de York et le deuxième à Sorbonne-Université. Ces deux programmes m’ont permis d’approfondir mes connaissances sur un Moyen Âge pluriculturel et d’élargir ma vue sur les champs d’études liés à la période médiévale. Avant de commencer ma thèse, j’ai eu l’opportunité de travailler avec la BnF sur l’édition de ses contributions à « The Art of Reading in the Middle Ages » (projet d’Europeana). Toutes ces expériences n’ont fait qu’encourager l’approche « comparatiste » que mes recherches continuent à prendre.

 

La thèse : « Approche linguistique du discours homoérotique féminin dans la mystique germanique au Moyen Âge : les cas de Hildegard von Bingen (1098-1179) et Mechthild von Magdeburg (1207-1282) »

 

Ma recherche a pour objet le discours d’un homoérotique féminin dans la mystique germanique aux 12e et 13e siècles et porte sur un corpus constitué des œuvres poétiques de Hildegard von Bingen (Symphoniae) et les écrits dévotionnels de Mechthild von Magdeburg (Ein vliessendes lieht der gotheit). Le but sera d’examiner un possible discours homoérotique dans ces deux œuvres qui relève des choix lexicaux de chaque mystique. Mon projet fera dialoguer la théorie queer (qui a créé et crée actuellement un lexique pour analyser l’homoérotisme féminin) avec le contexte historique et culturel du Moyen Âge, par le biais d’une analyse approfondie de la langue utilisée, et des formes linguistiques créées ou réappropriées par ces locutrices. Sans nier la nature spirituelle de leurs expériences mystiques, ce projet vise à explorer le discours des sentiments érotiques au Moyen Âge : il s’agit d’observer la création d’un tel discours au sein d’un discours mystique qui a pour but principal de dire l’ineffable et de montrer l’invisible. Cette étude linguistique nourrie de la théorie queer cherche à déterminer dans quelle mesure le discours mystique est aussi un discours homoérotique, et à trouver un moyen d’en parler aujourd’hui en regardant comment les médiévaux conceptualisaient ce sentiment et en parlaient. Puisque la création d’un discours homoérotique repose fortement sur des émotions qui sont éprouvées à la fois corporellement et spirituellement (pour la locutrice autant que pour le lecteur), ce phénomène exige d’être soumis à une analyse linguistique rigoureuse.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search