SEGATO Rita Laura, L’écriture sur les corps des femmes assassinées de Ciudad Juarez : Territoire, souveraineté, et crimes de second État. Traduit de l’espagnol (Argentine) et préfacé par Irma Velez, postface de Pascale Molinier

Payot, 2021

Résumé :

Ciudad Juarez, à la frontière du Mexique et des États-Unis, a la réputation d’être la capitale mondiale du crime. Plus de 200 000 ouvrières travaillent dans cette zone. Entre 1993 et 2003, on s’en souvient, près de 1 500 jeunes femmes y furent assassinées avec une hallucinante sauvagerie. Personne n’y comprenait rien. On fit alors appel à une anthropologue, Rita Laura Segato, pour saisir le sens de cette vague de violence dirigée contre des femmes. La haine n’était pas le mobile, puisque, à l’évidence, les meurtriers ne connaissaient pas leurs victimes. Alors, pourquoi les tuait-on ? Et pourquoi ces crimes demeuraient-ils impunis ? La théorie développée par Segato est aujourd’hui discutée dans le monde entier et son essai est devenu l’une des principales références des études sur les féminicides et les violences de genre.

Professeure d’anthropologie et de bioéthique au sein de la chaire Unesco de l’Université de Brasilia, Rita Laura Segato est une féministe décoloniale. Son engagement contre toute forme de violence raciale ou genrée est sans faille. Après l’affaire Weinstein, ses écrits ont inspiré les flashmobs qui se sont propagés sur les réseaux sociaux avec le chant “El violador eres tu” (“Le violeur c’est toi”). Elle est l’autrice du classique La guerra contra las mujeres (La Guerre contre les femmes).

Table des matières :

Préface. En chœur contre le mandat de masculinité (par Irma Velez)      7

Ciudad Juarez, prototype des nouvelles guerres féminicides          15
Le féminicide comme crime de second État 20
Le viol : un acte de communication entre des interlocuteurs privilégiés    23
Capitalisme gore et pédagogies de la cruauté          28
Un féminisme décolonial au service de contre-pédagogies de la cruauté  31
Comment Rita Segato fit plier les États        35
Une chercheuse au service du peuple contre la tyrannie de l’État patriarcal         38
Une écriture polyphonique    42

L’écriture sur le corps des femmes assassinées de Ciudad Juarez. Territoire, souveraineté et crimes de second État 45

La science et la vie     57
Les féminicides de Ciudad Juarez : un enjeu criminologique           67
Épilogue          90

Féminicides : l’anathème de la responsabilité. (Conversation avec Rita Laura Segato)  101

De l’incertitude à la violence 102
Féminicide et fémigénocide  105
Une anthropologie à la demande et engagée          108
Le mandat de masculinité dans les arcanes de l’État           111
La cible du patriarcat : un corps ennemi non guerrier         116
La diversité culturelle et l’avenir de l’humanité        121
Des pédagogies aux contre-pédagogies de la cruauté         125

Postface. La souveraineté du mal (par Pascale Molinier)  131

Le féminicide, un performatif féministe       132
Des victimes qui ne comptent pas    134
Blâmer la victime       144
Le retour des mauvaises filles           148

Caractéristiques :

Nombre de Pages : 128

Code ISBN : 978-2-228-92797-0


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search