Genre, médias et communication : « “Le plus horrible, le plus choquant, c’est que les tueurs soient des tueuses”. La médiatisation de la violence politique féminine au prisme du genre » Vendredi 2 avril, 14h-16h (séance en visioconférence)

Fanny Bugnon, maîtresse de conférences en histoire/études sur le genre (Université Rennes 2, laboratoire Tempora) 

 

 

Le séminaire « Genre, médias et communication » présente une série de travaux s’attachant à la question du genre dans la communication et les médias.

Séminaire sous la direction de par Virginie Julliard (CELSA – Sorbonne Université – GRIPIC) et Nelly Quemener (Sorbonne Nouvelle – IRMECCEN)

La séance se tiendra à distance et nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire avant jeudi 18 à 18h auprès des organisatrices pour obtenir le lien de connexion (virginie.julliard@gmail.com et nellyquemener@gmail.com).

 

Fanny Bugnon, « “Le plus horrible, le plus choquant, c’est que les tueurs soient des tueuses”. La médiatisation de la violence politique féminine au prisme du genre »

 

Objet d’une médiatisation spécifique, les actrices de la violence politique interpellent tant elles bousculent l’économie générale de la violence et de l’ordre patriarcal dans lequel les hommes possèdent le monopole symbolique et matériel du pouvoir et de la violence. Régulièrement présentes à la une des médias occidentaux depuis la fin des années 1960, celles que la presse désigne comme des « femmes terroristes » concentrent les regards tant elles apparaissent comme une énigme sociale. Transgressant à la fois les normes pénales et les normes de genre, la violence politique au féminin fait en effet l’objet d’une médiatisation spécifique, insistant sur la dangerosité particulière de ces femmes, dans un contexte marqué à la fois par le renouveau féministe et la réactivation puis le déclin des utopies révolutionnaires.
 
Interrogeant les enjeux normatifs à l’œuvre dans le processus de définition des actes de violence et de leur caractère politique, de visibilisation ou de mise en silence médiatique, cette intervention s’appuiera notamment sur l’analyse d’un corpus de presse nationale française de 1970 à 1994 afin de d’expliciter les différents registres médiatiques mobilisés, entre logiques d’actualité, fabrique militante et inclusion de ces « femmes terroristes » dans la culture de masse.
 

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search