Genre, médias et communication : « Pratiquer une politique de la grammaire : de la bousculade à l’inclusion (et retour) » Vendredi 19 mars, 14h-16h (séance en visioconférence)

Julie Abbou, post-doctorante au sein du laboratoire de Linguistique Formelle (CNRS/Université de Paris)

 

 

Le séminaire « Genre, médias et communication » présente une série de travaux s’attachant à la question du genre dans la communication et les médias.

Séminaire sous la direction de par Virginie Julliard (CELSA – Sorbonne Université – GRIPIC) et Nelly Quemener (Sorbonne Nouvelle – IRMECCEN)

La séance se tiendra à distance et nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire avant jeudi 18 à 18h auprès des organisatrices pour obtenir le lien de connexion (virginie.julliard@gmail.com et nellyquemener@gmail.com).

 

Julie Abbou, « Pratiquer une politique de la grammaire : de la bousculade à l’inclusion (et retour) » 

 

La langue et son avatar la grammaire sont régulièrement non seulement l’outil ou le sujet d’affrontements politiques, mais aussi le lieu même de ces affrontements. À ce titre, on peut parler d’une politique de la grammaire. Pratiquer une politique de la grammaire consiste à produire un rapport au monde non seulement par ce que l’on dit, mais aussi par la façon dont on le dit.

C’est ce que font les espaces discursifs subversifs que sont les discours anarchistes ou féministes et plus largement les cultures politiques subversives qui offrent aux manières de la langue une place de choix dans l’agir politique. Pratiquer le langage en anarchiste ou en féministe revient ainsi à prêter une telle attention politique à la structure de la langue, en ne subordonnant pas les moyens de la langue aux fins du discours, et en maintenant la réciprocité du monde et du langage.

Mais la langue est évidemment également investie par des espaces non-subversifs, conservateurs ou libéraux, qui vont du républicanisme linguistique au gender-washing et qui mobilisent la langue comme un avant-poste de l’ordre du monde, à conserver ou à faire advenir.

Cette communication présentera un exemple de cet achoppement politique de la langue, autour de l’expression « écriture inclusive », dans une approche anthropologique de la grammaire. En retraçant l’histoire de l’expression en regard des pratiques féministes du langage, on verra qu’à partir des années 1970 de nouvelles figures politiques investissent la modification linguistique du genre et placent ces pratiques dans le cadre politique spécifique de l’inclusion. « L’écriture inclusive » va alors être mobilisée ou décriée au nom de différentes valeurs, mais deviendra le cadre principal des débats.

Face à un conservatisme républicain hostile à la modification de l’ordre de la langue comme de l’ordre du monde, et face à une libéralisation du genre qui investit les signes linguistiques du féminisme pour les vider de leur force émancipatrice, reste peut-être alors au féminisme, comme souvent, à défaire la vérité (linguistique) du genre, et à en revenir à la perturbation, au désordre, au tumulte et à l’excentrique pour produire de l’illisible comme pratique politique de la grammaire.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search