Contrats doctoraux 2020 de l’Initiative Genre : Manon Baudrier

Manon Baudrier

 

Je m’appelle Manon Baudrier, j’ai 24 ans, je suis originaire de Bretagne, et je vis actuellement à Berlin. J’ai obtenu mon bac littéraire au lycée Jean Macé (Rennes) en 2013, puis ai continué mes études en licence d’Information et de Communication à l’Université Rennes 2. J’ai ensuite rejoint l’Université Paris II Panthéon-Assas en 2016, afin de poursuivre mes études. Durant mon master 2 en Sciences Politiques et Sociales, mention médias et mondialisation, j’ai pu acquérir et renforcer une interdisciplinarité forte : étude de la sémiologie, des sciences humaines et sociales (sociologie, sciences politiques). Mon intérêt pour la recherche s’est révélé lors de la rédaction de mes deux mémoires ; mon mémoire de Master 2 portait sur l’étude de la place des femmes et de la sexualité au sein du parti allemand d’extrême droite Alternative für Deutschland. Le choix de ce sujet a été motivé par un désir de participation aux études de genre, un intérêt certain pour la culture germanophone, et suite au choc de l’entrée de l’AfD au Bundestag.

La thèse : “Médiatisation du genre et extrême droite : une nouvelle propagande au service des populistes européens ?”

Deux années se sont en effet écoulées entre la fin de mes études, et l’obtention du Contrat doctoral avec Sorbonne Université. Ces questionnements liés à mon travail de mémoire sont néanmoins restés au cœur de mes préoccupations et conversations. J’ai pu mettre à profit ce temps et développer mes expériences professionnelles, notamment dans la presse écrite (Ouest France), et durant un stage à l’Office franco-allemand pour la Jeunesse ; j’ai pu développer ma pratique de la langue et être en contact avec de nombreuses actrices et nombreux acteurs de la coopération franco-allemande.

Mon sujet de recherche porte sur l’étude des trois partis politiques suivants classés à l’extrême droite : l’AfD (Allemagne), le FPÖ (Autriche), et le RN (France). Cette étude sera menée sous le prisme du genre, avec pour interrogation centrale : comment l’extrême droite européenne utilise-t-elle l’argument du genre comme arme communicationnelle ? Mon sujet de recherche s’articule autour de trois axes centraux : l’étude de la représentation de la femme au sein de ces formations politiques (nombre de femmes présentes au sein des partis, étude du corps habillé), la place assignée au corps de la femme dans les politiques sociales proposées, et enfin la médiatisation des femmes politiques. Le corpus d’étude est varié : analyse discursive et visuelle (déclarations des femmes politiques, apparitions au sein des congrès), analyse visuelle, textuelle et statistique (affiches électorales, participation à des émissions de télévision), etc. La problématique du gender gap est en effet observée au sein des partis d’extrême droite : le gender gap ou « fossé de genre » est un concept qui tend à mettre en lumière les disparités entre les femmes et les hommes à l’intérieur des différents domaines de la société (politique, économie, éducation…). Une « transformation » de ce fossé de genre au sein de l’électorat d’extrême droite est observée, car les femmes sont de plus en plus nombreuses à voter pour ces formations : ce sujet de recherche amène alors à penser, comprendre et recontextualiser cette transformation (notamment à l’aide de l’histoire du temps présent, et des apports de la sociologie).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search