PLUMAUZILLE Clyde, avec HUGON Anne, ROSSIGNEUX Mathilde (dir.), Clio, n°49 « Travail de care »

Clio, n°49, 2019.

Résumé :

À l’origine de ce dossier, on trouve un mot (et une notion) de l’épistémologie féministe, celui de « care » – terme que nous avons choisi de conserver en anglais tant il est impossible de restituer sa polysémie par un seul terme ou même une expression en français. Popularisé par l’ouvrage In a different voice de la psychologue féministe Carol Gilligan en 1982, le care est à la fois une grille de lecture du monde social et un terrain de recherche inscrit dans les expériences ordinaires des individus1. Grille de lecture, le care place la vulnérabilité humaine et sa prise en charge au cœur de l’analyse des rapports moraux et sociaux pour comprendre la façon dont tient et s’entretient une société. Terrain de recherche, le care invite à éclairer les dispositions, les compétences et les activités de soin d’autrui, de souci des autres et les dynamiques sociales et sexuées auxquelles elles s’adossent. Car si le care est résolument une question de genre, c’est aussi une question pour les études de genre. Cette « voix différente » du care est en effet décrite par Gilligan comme l’expression d’une vision du monde sensible, affectée et attentionnée, souvent dévolue aux femmes. C’est précisément parce qu’elle découle d’une division sexuée de la prise en charge d’autrui, historiquement construite, que l’assignation des femmes à la préservation et l’entretien du bien être des individus peut se perpétuer dans la longue durée. Cette assignation déborde cependant la simple opposition hommes/femmes car le care peut être délégué, reporté, acheté ; si certaines femmes arrivent à s’en émanciper, c’est le plus souvent au prix d’une mise au service d’autres femmes plus précaires, de travailleurs pauvres, ou d’étranger.es. Regarder les rapports sociaux avec les lunettes du care c’est donc aussi affiner le questionnement du genre et, à l’instar de l’intersectionnalité, approfondir la problématique des inégalités entre femmes.

Caractéristiques :

Nombre de pages : 329
Code ISBN : 978-2-410-01591-1 


Citer ce billet
Horatiu Burcea (2020, 1 mai). PLUMAUZILLE Clyde, avec HUGON Anne, ROSSIGNEUX Mathilde (dir.), Clio, n°49 « Travail de care ». Philomel. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sug9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search