BANOUN Bernard, TOMICHE Anne, ZAPATA Monica (dir.), Fictions du masculin dans les littératures occidentales

Classiques Garnier, series: « Rencontres », 2014.

Résumé :

Longtemps restée un angle mort des études sur le genre, la question du masculin s’est peu à peu constituée en objet d’étude, notamment en sociologie avec les travaux de Raewyn Connell, puis en France, avec La Domination masculinede Pierre Bourdieu (Paris: Seuil, 1998). Depuis quelques années, cette problématique suscite également l’intérêt des littéraires; en témoigne le colloque organisé en mai 2012 à l’Université Paris-Sorbonne, portant sur les constructions et les déconstructions de la masculinité dans les littératures occidentales, dont ce volume présente les actes. Dans une substantielle Introduction, les trois éditeurs scientifiques dressent la généalogie théorique des études sur le masculin, et inscrivent leur propos dans la continuité d’une approche constructiviste du genre. Les études réunies dans le volume ne visent pas une synthèse organique, mais proposent de stimulantes études ponctuelles de fictions littéraires en français, espagnol, anglais et allemand, du dixneuviè me au vingtième siècle. Si les champs observés sont éclatés, géographiquement et culturellement, des lignes forces se dégagent toutefois clairement. La ‘masculinité hégémonique’, notion développée par Connell, en est sans doute la plus évidente. Elle est fort bien mise en lumière dans l’étude de La Curéequi, écartant le personnage, trop attendu, de Maxime, s’intéresse de manière astucieuse à la masculinité de Saccard, c’est-à-dire celle du financier, du spéculateur, pour montrer qu’elle se construit sur la falsification (Cyril Barde). L’hégémonie masculine constitue un enjeu majeur de l’article consacré aux rapports entre hommes et femmes de différents pays chez Gil Courtemanche et Dany Laferrière, appréhendée dans une perspective intersectionnelle, croisant les notions de genre et de race (Lori Saint-Martin). Le deuxième aspect qui contribue à l’unité du volume relève de la manière dont les récits littéraires proposent des modèles de masculinité qui défient les codes établis. Ainsi, les invertis des romans fin-de-siècle viennent renverser la norme, comme le montre la pénétrante analyse de deux romans décadents d’Armand Dubarry et de Camille Lemonnier (Romain Courapied). De même dans les fictions gay, la réflexion sur la folle menée par Guy Hocquenghem et Copi subvertit l’axiologie de la bicatégorisation genrée par l’affichage d’une identité qui en remet en cause les codes sociaux (Antoine Idier). L’étude du Journal intimeinédit d’Eugène Wilhelm offre une autre passionnante enquête sur l’identité de genre (Régis Schlagdenhauffen). En troisième lieu, le volume révèle comment l’élaboration des genres littéraires correspond à des constructions genrées. Le roman de formation, tel que l’ont pratiqué Fielding, Goethe et Balzac, est un genre (littéraire) qui fabrique du genre (le mâle accompli) (Marie-Pierre Harder); et les récits de vies d’artistes, celles de musiciens comme Beethoven en l’occurrence, contribuent à nourrir le mythe selon lequel la création, voire l’interprétation, artistique est un attribut exclusif du masculin (Marie Gaboriaud). Une étude de Didier Eribon sur la tentative de théorisation de l’homosexuel chez Proust et Genet, et sa déconstruction dans les œuvres mêmes dans lesquelles elle s’élabore sert de Conclusion. Ouvrant de riches perspectives, ce volume invite ainsi à une réflexion sur le pouvoir de la fiction littéraire à représenter et, surtout, à interroger les schémas épistémologiques sur le genre.

Caractéristiques :

Nombre de pages : 322
Code ISBN : 978-2-8124-3210-1


Citer ce billet
Horatiu Burcea (2020, 1 mai). BANOUN Bernard, TOMICHE Anne, ZAPATA Monica (dir.), Fictions du masculin dans les littératures occidentales. Philomel. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sufp

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search