Appel à contributions, n° 45 de la revue Perspectives médiévales

Moyen Âge et féminismes

Étudier la culture médiévale permet de défier les théories du genre entièrement enracinées
dans la philosophie et la société modernes. Un nombre important d’aspects propres au
Moyen Âge, par leur émergence, ont déstabilisé jusqu’aux notions postmodernes
d’articulation entre le sexe et le genre. […] Dans les quinze dernières années les médiévistes
ont fait avancer le féminisme […] au même titre que les théoriciens contemporains.
(M. Caviness)
1

Après l’article fondamental de Madeline Caviness, quel bilan peut-on tirer de ces liens féconds entre
Moyen Âge et féminismes ? Dans son sillage, le prochain numéro de Perspectives médiévales invite
à déplacer le regard, afin de saisir à nouveaux frais les apports réciproques entre médiévistique et
féminismes, dans une réflexion épistémologique et historique sur le Moyen Âge autant que sur le
temps présent.

Quelles rencontres du Moyen Âge ou du médiéval ont pu avoir lieu entre les mouvements et les
théories féministes, du Moyen Âge à aujourd’hui ? Quels usages les théories et mouvements
féministes successifs font-ils du Moyen Âge et de ses formes, réelles, supposées, ou fabriquées ?
Aux côtés des études anglo-saxonnes, et notamment de l’apport scientifique américain (women’s
studies, gender studies, queer studies, empowerment, situated knowledge, études intersectionnelles,
etc.), émerge-t-il une forme de réflexion et de pensée féministe européenne ? Dans ce cadre
scientifique, comment appréhender l’opposition entre féminisme culturaliste et universaliste ?

On s’interrogera sur les mouvements et sur les théories féministes en elles-mêmes, et sur la part
qu’elles font au Moyen Âge. Il s’agira tout autant de mettre au jour l’apport épistémologique et
historiographique de la médiévistique sur ces mouvements et théories que de montrer l’incidence
du Moyen Âge sur leur définition ou leur évolution.

Au plan historique, de quelles représentations du médiéval ou du Moyen Âge le féminisme a-t-il pu
se nourrir (par exemple en termes de pouvoir, d’économie, de culture, de pratiques sociales) ? Quelle
place le Moyen Âge tient-il dans l’histoire de la pensée pro-féminine, dans les discours académiques
comme dans les discours “grand public” ?

Au plan théorique, le Moyen Âge a-t-il connu ou généré des moments, mouvements, ou écoles de
pensée qu’on pourrait qualifier de féministes ? Et quelle est la place du Moyen Âge dans la
construction des savoirs et des discours féministes ou anti-féministes ? À l’inverse, et par effet de
retour, comment les études médiévales ont-elles pu être enrichies par la pensée des féminismes
contemporains ?

Au plan pragmatique, l’expérience contemporaine de la féminité ou du féminisme peut-elle être
accompagnée ou éclairée par ces approches historiques ou ces paramètres théoriques venus du
Moyen Âge ou de ses représentations ?

Cet appel à contribution, de vocation pluridisciplinaire, s’adresse aux spécialistes de littérature, de
philosophie, d’histoire, d’histoire de l’art, etc., qu’ils soient médiévistes ou spécialistes des périodes
ultérieures. L’étude portera sur des objets médiévaux (textes, images, etc.) aussi bien que sur les
représentations du Moyen Âge des périodes ultérieures, qu’elles soient imaginaires ou fondées.

Sans exclure les études de cas, les propositions théoriques et transversales seront privilégiées. Un
regard particulier pourra être posé sur les théories et pratiques académiques de la médiévistique, et
sur la place que peut y jouer une approche féministe : une « philologie sororale » peut-elle être
envisagée2 ?
L’ambition du numéro est d’engager une saisie des féminismes contemporains éclairée par la plongée dans le Moyen Âge et ses représentations. Entre d’autres termes, en quoi le Moyen Age est-
il un objet d’investigation aussi bien pour la pensée féministe que par la pensée féministe ?

Les propositions d’articles (500 mots max.) seront adressées conjointement à Véronique Dominguez et Sébastien Douchet pour le 15 septembre 2023 (veronique.dominguez@u-
picardie.fr ; sebastien.douchet@univ-amu.fr). Elles seront soumises au comité scientifique de la revue (évaluation en double aveugle) pour une réponse aux auteurs le 15 octobre, et un retour des
articles sous leur forme définitive le 15 janvier 2024.

1 Madeline Caviness, « Féminisme, gender studies et études médiévales », Diogène 225-1, 2009, p. 47-48 et
50, version originale en anglais dans Diogenes 57, 2010 : « Studying medieval culture has the power to
challenge the theories of gender that were rooted entirely in modern philosophy and society. A number of
aspects of the middle ages have emerged that destabilize even postmodern notions of sex/gender
arrangements […] in the past fifteen years, medievalists have carried the banners of expanding feminism
[…] as well as have contemporary theorists ».
2 Voir Claire Paulian, « L’araignée dans le texte. Essais de philologie sororale dans la réception ovidienne »,
dans Fabula-LhT, n° 26, « Situer la théorie : pensées de la littérature et savoirs situés (féminismes,
postcolonialismes) », dir. Marie-Jeanne Zenetti, Flavia Bujor, Marion Coste, Claire Paulian, Heta Rundgren
et Aurore Turbiau, octobre 2021,URL : http://www.fabula.org/lht/26/paulian.html. DOI : 10.58282/lht.2759.



Citer ce billet
dariakriazhova (2023, 22 juin). Appel à contributions, n° 45 de la revue Perspectives médiévales. Philomel. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sukg

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search