Compliquer la ‘langue-maternelle‘ / Die Muttersprache verwickeln: perspectives genrées et littéraires franco-allemandes, 25 mai

Le jeudi 25 mai, de 10h à 12h, Anne Isabelle François (MCF, Paris Sorbonne Nouvelle et Institut du genre) donnera une conférence intitulée „Compliquer la ‘langue-maternelle‘ / Die Muttersprache verwickeln: perspectives genrées et littéraires franco-allemandes.“ Cette séance s’inscrit dans le cadre du cycle de manifestations sur les avant-gardes et le genre, organisé avec le soutien du dispositif “Bourgeon 2023” (Université Lyon 3) – et de Philomel.

La séance aura lieu demain jeudi 25 mai de 10h à 12h, depuis l’Université de Lorraine, mais également en ligne. Attention, l’inscription est obligatoire pour participer à distance. Voici le lien:  https://u2l.fr/avant-gardes

La conférence aura lieu en français, les échanges qui suivront auront lieu en français et en allemand. 

Vous retrouverez ici toutes les informations: https://reigenn.hypotheses.org/2244#more-2244

N’hésitez pas à vous connecter si vous en avez la possibilité!

Pour l’équipe organisatrice,

Agathe Mareuge (Sorbonne Université -Philomel)

Cécile Chamayou-Kuhn (Université de Lorraine)

Susanne Böhmisch (Aix Marseille Université)

Sibylle Goepper (Université Jean Moulin Lyon 3)

Elise Petit (Université Grenoble Alpes)

Plus d’informations

Anne Isabelle Françoismaîtresse de conférences de littérature comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle et directrice adjointe du GIS Institut du Genre, est spécialiste des domaines germanophone, francophone et anglophone des xxe et xxie siècles et poursuit ses recherches au sein du Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (EA 172).

Résumé: Syntagme commun et résilient, la « langue-maternelle » charrie et condense divers imaginaires (familiaux, politiques, émotionnels, genrés, nationaux) et ne cesse de hanter les écritures contemporaines. Il s’agira, dans une perspective comparée, d’examiner des œuvres compliquant la locution, carrefour de métaphores, qui continue à puissamment résonner alors qu’elle n’est ni évidente ni transparente. Par des créations ambitieuses, les auteurs et autrices réinvestissent l’expression, travaillant ses texture, matérialité et associations, générant en particulier une expérience de défamiliarisation. À l’encontre d’un principe de langue maternelle idéalisée et essentialisée, les textes littéraires offrent un terrain pour examiner esthétiquement la notion dans ses diffractions et intensités, ses non-dits et excès. L’investigation sera une manière d’interroger la notion résiduelle qui met exemplairement en tension genre et avant-garde.



Citer ce billet
dariakriazhova (2023, 24 mai). . Philomel. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/suka

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search