Tribune “L’antiwokisme plus menaçant que ledit wokisme auquel il prétend s’attaquer”, parue dans Le Monde du 2 mai 2023

Celles et ceux qui veulent ajouter leur signature à la déjà longue liste de signataires peuvent le faire en écrivant à Claudia Simma (claudia.simma@cnrs.fr).  La liste complète des signataires figure sur le site du LEGS-UMR CNRS (https://legs.cnrs.fr/dernieres-publications/tribune-non-lanti-wokisme-ne-sert-pas-la-democratie-parue-dans-le-monde-date-du-3-mais-2023/) car Le Monde, à son habitude, ne fait figurer que les tout premiers signataires de la tribune.

Non, l’anti-wokisme ne sert pas la démocratie.

Un peu plus d’un an après la tenue à la Sorbonne d’un colloque présidé par Jean-Michel Blanquer intitulé « Après la déconstruction, reconstruire les sciences et la culture », l’offensive contre ladite « déconstruction » continue. A l’occasion de la parution des actes de ce colloque en mars, les organisateurs et organisatrices de celui-ci se répandent sur les ondes et distillent le même message : la « déconstruction » saperait les fondements de la civilisation occidentale, menacerait l’ordre social et familial etc. Une fois encore, on multiplie les amalgames et les contresens, puisque celles et ceux qui conspuent « la déconstruction » n’ont évidemment lu, pour la plupart, ni les  œuvres de Jacques Derrida, ni celles des penseuses et penseurs qu’on rassemble sous ce nom. 

Une fois encore, on recourt aux invectives. Ainsi une professeure de littérature comparée de la Sorbonne traite-t-elle de « crétins » certain.e.s de ses éminent.e.s collègues du même établissement, dont les travaux en littérature comparée et études anglophones sont reconnus nationalement et internationalement, parce que l’un.e et l’autre initient leurs étudiant.e.s à ces œuvres conspuées, ainsi qu’aux nombreuses problématiques élaborées ou ré-élaborées dans le champ des études de genre, avec la rigueur intellectuelle, la patience et le raffinement dans la pensée qui les caractérisent.

L’attaque contre la déconstruction n’est pas nouvelle. Elle a commencé il y a au moins trente ans, aux Etats-Unis. Déjà, des polémistes d’extrême-droite, dont le plus célèbre d’entre eux, Samuel Huntington, accusaient la déconstruction d’être un agent de l’étranger. Aujourd’hui, c’est Eric Zemmour, en France, et bien d’autres à sa suite, qui accusent les « déconstructeurs » de représenter le parti de l’étranger.  Ironie de l’Histoire, les prétendus défenseurs de la « rationalité française » reprennent ainsi une antienne développée dans les milieux conservateurs américains. La nouveauté, aujourd’hui, c’est l’association de la déconstruction d’une part au dit « wokisme », d’autre part à un champ d’enseignement et de recherches, les études de genre, dont elle constituerait la matrice intellectuelle.

Or, il importe de noter que l’attaque contre la déconstruction, aux Etats-Unis, n’était pas une réponse au « wokisme ». Signe d’un tournant réactionnaire et instrument d’un agenda politique qui ont leur propre logique, elle a commencé bien avant le renouveau des luttes anti-racistes ou anti-sexistes qu’on désigne aujourd’hui sous ce nom à la vindicte publique. Il faut souligner aussi que, si les travaux menés par certain.e.s universitaires dans le domaine des études de genre ou des études postcoloniales, et qui s’appuient sur des œuvres  de pensée parmi les plus fécondes depuis un demi-siècle, valent parfois à ces dernier.e.s une reconnaissance internationale, ce n’est pas parce que l’université est mondialement « gangrenée » par l’extrême-gauche, mais parce qu’elle reste aujourd’hui l’un des seuls lieux, peut-être le dernier, où des recherches permettant d’éclairer les grandes questions de notre temps, si pressantes et si nombreuses, peuvent encore être menées librement ; l’un des seuls lieux où l’on peut encore élaborer les outils scientifiques et conceptuels qui nous permettent de penser, pour les traiter, les maux du monde.

Enfin, il nous parait urgent d’alerter le public sur un fait massif : l’anti-wokisme, qui alimente d’innombrables tribunes, numéros spéciaux de journaux, émissions de télévision ou sur internet, et qui est devenu en France, littéralement, une affaire d’Etat, est infiniment plus puissant et menaçant aujourd’hui que le dit « wokisme » auquel il prétend s’attaquer. Ce n’est pas seulement l’alliance mondiale, bien réelle aujourd’hui, des dictatures qui, de la Russie à la Chine, en passant par l’Iran et l’Arabie Saoudite, menace les démocraties occidentales, dictatures qui, soit dit en passant, manient aussi la rhétorique de l’anti-féminisme et de la xénophobie dont elles font des causes de guerres civilisationnelles. Non, c’est au sein même des démocraties occidentales que la menace se fait pressante. En Floride, au Texas, au Tennessee, en Oklahoma, on limoge des enseignants, on retire des livres des bibliothèques, on interdit d’enseignement des pans entiers de la science et même des œuvres de l’art occidental. Et ce n’est qu’un début.  La falsification de l’Histoire, l’abolition de la culture, la mise au pas de la pensée sont en marche. Elles sont le fait, non pas des opprimé.e.s et des minorisé.e.s sans pouvoir médiatique ni armes lourdes qui cherchent à faire entendre leurs voix, mais du nouveau fascisme qui a fait de l’anti-wokisme son fer de lance. C’est lui, ne nous y trompons pas, qui menace la démocratie.

Premiers signataires

Isabelle Alfandary, Professeure de littérature américaine, Université Sorbonne Nouvelle

Sylvie Bauer, Professeure de littérature américaine (Etats-Unis), Présidente de la section 11 du CNU, Présidente de la CP-CNU

Anne E. Berger, Professeure émérite de littérature française et d’études de genre, Université Paris 8, UMR LEGS

Fabrice Bourlez, Psychanalyste

Marc Crépon, Philosophe, ENS

Estelle Ferrarese, Professeure de philosophie, Université de Picardie Jules Verne, Directrice de l’Institut du Genre

Stéphane Habib, Philosophe et psychanalyste

Nassira Hedjerassi, Professeure de sciences de l’éducation et d’études de genre, UMR LEGS

Sandra Laugier, Philosophe, Université Panthéon Sorbonne

Cornelia Möser, Philosophe, directrice de l’équipe GTM, UMR CRESPPA

Frédéric Regard, Professeur de littérature britannique, co-pilote de l’Initiative Genre, Sorbonne Université

Charlotte Ribeyrol, Professeure de littérature britannique, Sorbonne Université

Jacob Rogozinski, Professeur émérite à la faculté de philosophie de Strasbourg

Avital Ronell, University Professor of the Humanities, NYU

Marta Segarra, Directrice de recherches CNRS

Anne Tomiche, Professeure de littérature comparée, co-pilote de l’Initiative Genre, Sorbonne Université



Citer ce billet
dariakriazhova (2023, 17 mai). Tribune “L’antiwokisme plus menaçant que ledit wokisme auquel il prétend s’attaquer”, parue dans Le Monde du 2 mai 2023. Philomel. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/suk8

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search